28-29 Mai 2015
St-Martin du Fouilloux (49)
Aux portes d'Angers

La génomique un turbo pour la sélection porcine

La génomique consiste en l’étude de la structure et de la fonction des gènes. La sélection basée sur cette connaissance du génotype permet de prédire la valeur génétique d’un animal à sa naissance ou même à l’état d’embryon à partir de l’examen de son génome.

Elle est déjà pratiquée dans plusieurs schémas de sélection de bovins. En porc, elle est en train de changer la façon de travailler des entreprises de sélection, comme ADN. Elle va permettre d’aller plus vite pour sélectionner les meilleurs animaux pour l’élevage de demain. La première conséquence sera une nette amélioration de la fiabilité des critères sélectionnés.

Diminuer les antiobiotiques
Pour ceux touchant la reproduction (prolificité, qualités maternelles, poids moyen et homogénéité des porcelets à la naissance) la  génomique permettra un gain estimé à 30% par an par rapport à une sélection génétique classique. Sur les caractères de production (efficacité alimentaire, croissance, qualité de carcasse) il sera de l’ordre de 15% par an. La génomique permettra aussi de sélectionner sur de nouveaux caractères, comme la résistance aux maladies, la qualité des aplombs, le taux de survie des porcelets sous la mère et leur vigueur à la naissance, la longévité des truies, la robustesse des animaux, voire le comportement en groupe. Ces critères ont une forte importance pour la diminution de l’usage d’antibiotiques et le bien-être animal.

Piétrain_verrat 2015

Deux populations de référence
La mise en oeuvre de la sélection génomique repose sur la connaissance fine de populations de référence représentatives de celle que l’on souhaite sélectionner. C’est à partir d’elle que la prédiction acquiert sa valeur. Aujourd’hui, ADN a constitué deux populations de référence, l’une en piétrain, lignée mâle la plus diffusée, l’autre en landrace, lignée femelle utilisée à 50% pour la production des futures truies de production. Les premiers index génomiques pour les populations de référence sont en cours de calcul. Les premiers candidats génotypés cet automne seront des mâles destinés aux centres d’insémination artificielle.

Découvrez cette innovation sur l’Univers 2, atelier 5, aux Terrenales